Néofolk slovène, Carnavals et néotribalisme

Contact No Comments

Emission de deux heures, avec différents intervenants:
Christian Depouhon, (Liège, Pyr Fm)
David Teuwis (Liège/Bruxelles, globe-trotter)
Simon Fabre (grand voyageur et artisan/artiste basé actuellement au Mexique)

1) Néofolk slovène
2) Carnavals
3) Néo-tribalisme

http://www.djiboutik.be/wp-content/Capture-decran-du-2022-02-27-09-07-14.png

Nous avons retranscris ci-dessous l’interview avec Simon Fabre (en raison de la qualité un peu faible du son -interview faite par téléphone )

Interview avec Simon Fabre, artisan et artiste, résidant au Mexique

Aymeric : tu as donc connus ces deux villes, au Guatemala, San Pedro et San Marcos, et on peut dire que tu nous proposes une vision « de l’intérieur  celle d’un artisan qui vendait, sur place…

Simon: je l’ai connu du côté des gens qui travaillent en vendant des bijoux, cela permet une vision assez différente, différente de celle que pourrait avoir un voyageur qui vient sans savoir à quoi s’attendre, en touriste, car on est directement en contact avec la population locale. La magie de San Pedro (San Marcos est un peu plus spirituel) c’est que les populations locales s’entendent très bien avec ce côté new age, hippie, et puis actuellement il y a pas mal de musique électronique, c’est pour ça que j’avais parlé de Spiral Tribe, car il y a un festival électro et c’est organisé vraiment avec les populations locales, ce qui est un peu étonnant.

Aymeric :comment ça se fait, ce contact privilégié des travailleurs avec les populations locales?

Simon : disons qu’on peut tous entrer en contact avec elles, mais la particularité du travailleur, c’est que les populations locales acceptent les étrangers, et en tant que travailleur, l’accueillent d’égal à égal. Quand on arrive lá il y a une connexion qui va très vite. En venant une semaine c’est plus difficile, (par rapport à ce que j’ai entendu avant, de votre conversation). Une personne qui reste un mois créera bien sûr de vraies connexions, mais il faudra plus de temps

Aymeric : Et puis le fait que toi, tu es allé plusieurs années de suite

Simon : oui, mais, je le répète, quand on est travailleur ça va très vite. Moi comme bijoutier je suis étranger, mais il y a un groupe qui s’est monté pour l’artisanat du Guatemala, et les populations locales on dit « tout le monde a le droit de travailler, même les étrangers, ils nous apportent beaucoup ». Il y a un accueil.

Aymeric : c’est vrai que ce n’est pas le cas partout dans le monde

Simon : effectivement. Ce n’est vraiment pas le cas partout. Je pense que c’est ça qui explique cette magie, qui est un peu surprenante, et ces mélanges d’activités, on a parlé des chamans…Mais ça se mélange parce que les populations locales acceptent de partager, elles sont à la base de tout ça.

Aymeric :Tu y retournerais ?

Simon:je ne suis pas un mec versé dans le spirituel, donc San Marcos ce n’est pas mon truc. Mais j’ai beaucoup aimé San Pedro qui est très authentique, malgré la présence de nombreux étrangers, de passage. Il y a beaucoup à connaître, partager et découvrir

Carte blanche à Bahar Kimyongur

Contact No Comments

 

Résident belge assez médiatique, Bahar Kimyongur a pu maintenir un lien émotionnel avec la Turquie, son pays, notamment par le biais de la musique. Outre le fait qu’il pratique le saz, il souligne comment sa découverte (grâce à feu La Médiathèque et alors qu’il était étudiant) d’auteurs comme Rui Su, Cem Karaca, et d’autres, l’a rapproché du combat (pour la liberté d’expression) de groupes plus actuels, comme le grup Yorum

Constanza Guzmán (Chili/Belgique) présente: Melodías del instante

Contact No Comments

On vous présente le deuxième disque de cette chanteuse d’origine chilienne, (qui a grandi à Bruxelles) qui s’inspire des cantautores latinoaméricains et qui chante autant en espagnol qu’en portugais, puisqu’elle a développé des liens très forts avec le Brésil

Michel nous raconte : les cultures musicales à paroxysme émotionnels – « Y a-t-il une âme russe ? »

Contact No Comments

Y a-t-il une « âme russe » présente dans les expressions poétiques et musicales russes ?

Ce qui rapproche les Russes, c’est un cocktail de sentiments communs vitaux spirituels qui percolent dans leurs musiques tant populaires que classiques :

1) La nature physique de l’espace russe illimité et sans frontières naturelles et l’obligation de combattre tout danger de fermetures de ses accès aux mers tempérées et chaude (Baltique et Noire, Crimée)et des sentiments induits par les exigences géopolitique susceptible de renforcer des peurs d’invasions.

2) D’où un patriotisme politico-religieux ; Alexei Roublev grande figure de l’école d’icônes orthodoxe a fait face aux envahisseurs Tartares et Mongols. Alexandre Nevsky est à la fois le prince patriote résistant à l’invasion germanique des chevaliers teutoniques et un grand saint orthodoxe. Le grand roman de la littérature russe, « Guerre et Paix du grand Tolstoï, soldat et mystique a pour cadre l’invasion napoléonienne.

3) D’où la prégnance culturelle et émotionnelle de la vie militaire Le « groupe des 5 » la 1ère école de compositeurs étaient tous officiers dans l’armée : Rimski Korsakov dans la Marine, Moussorgski dans la garde impériale, Borodine dans les explosifs comme le père de Tchaïkovski, César Cui, officier du génie enseigne l’art des fortifications. À l’académie militaire, etc…Stravinsky composera, comme de nombreux autres, des messes pour l’église avant les contes de fées et le « Sacre du printemps ». Quant à la musique chorale son origine populaire mais stylisée dans les monastères et églises, elle sera la fierté des armées cosaques et de l’armée rouge. Les chants populaires les plus fameux et les plus touchants, chargés des élans émotionnels dont les Russes ont le secret parlent de deuils après guerres et batailles.

4) La cohésion amicale renforcée le soir autour des chants, des bouteilles et des « tamada » qui animent l’échange chaleureux des toasts portés aux présents et absents défunts ou disparus, au sein des corps de combattants après la vie diurne obsédée par l’évitement, le secret et les dénonciations qui rendent toujours les contemporains méfiants, grossiers et craintifs d’apparaître des « bourgeois » par trop courtois et périlleux à fréquenter. Mais, en petit comité, la vodka referme les cercles dans une chaleur protectrice propice aux échanges de compliments bienveillants. Ils sont aussi socialement vitaux que la « party » pour les britanniques.

5) La langue russe, contrairement aux autres langues de l’Europe orientale , slaves comprises,est considérablement adoucie par l’accentuation au milieu de mots qui débutent doucement et se prolongent tout aussi tendrement par d’interminables prolongements déclinaisons en pente douce et terminaisons de verbes et d’adjectifs auxquels s’accrochent de véritable traînes de mariées . Cette succession de vagues douces et d’intensités « en montagnes russes » contribuent à donner aux chants russes une puissance douce qui les rend caressants et touchants.

6) Surtout à l’époque des dénonciations tsaristes et staliniennes, les soirées bien arrosées en cercles intimes a ont favorisé non seulement les chœurs mais également la chanson individuelle, balade, romance, « bladnaya russki chanson » a évolué tout en gardant son dialecte musical typiquement russe. Toujours à fort pathos émotionnel comme le fado portugais, le tango cancion, ou la « ranchera » mexicaine, ielle débuta dans les chambrées ded oficiers tsaristes, les salons de la noblesse avec les tsiganes, les cuisines collectives des » komounalka » à l’ère soviétique avec les « bardes » Wissotsky et Boulat Okhutchava, puis au Goulag avec les chants « bladniy »

Michel nous raconte : polyphonie : l’Asie du Sud-Est

Contact No Comments

Pour clôturer ce périple consacré aux polyphonies dans le Monde, c’est l’Asie du Sud-Est qui nous a intéressé.

1) Les polyphonies vocales des ethnies au Sud-Ouest de la Chine continentale, en particulier le peuple Dong à la frontière du Vietnam, ainsi que celles des peuples autochtones taiwanais, réfugiées pour la plupart dans les montagnes nous sont moins bien connues alors qu’elles offrent une grande variété de techniques et sont riches d’enseignements socio-historiques. Nous pouvons observer, au cours de notre voyage des montagnes du Sud de l’Albanie, de la Sardaigne, du Caucase géorgien, des endroits difficile d’accès comme la forêt et le désert où se sont réfugiés les Pygmées et les Bochimans, que les sociétés qui pratiquent la polyphonie, sont fortement soudée par la coopération lors des travaux collectif, relativement égalitaires mais assez refermés sur elles-mêmes et préoccupées de ne pas enfreindre les règles du « canon «  de l’honneur. La mondialisation, la circulation commerciale des biens , des capitaux et des gens sonnent le glas pour ces sociétés. Leurs savoirs faires, leurs techniques, leurs valeurs sont des pièces qui n’ont plus cours dans le cosmos capitaliste actuel.

2) Les stratifications instrumentales et vocales, de cycles en contrepoint ou partiellement improvisés, qui peuvent s’étager jusqu’à 9 couches, sont propres aux « Gamelangs » des cours du centre de Java, en particulier à Jogjakarta. Mais l’ile de Bali, en particulier dans la région de Ubud ont préservé la culture indoue et ses particularités culturelles. Le théâtre d’ombre, animé par un « Dalang » capable de modifier le timbre de sa voix en fonction des personnages qu’il anime. On lui prête des qualités d’un chaman et on retrouve cette proximité magique avec des animaux totémiques ou issus de grands récits indous comme les singes dans le « Ramayana ». Les ensembles vocaux à la violence sauvage, style sacre du printemps, dans les rituels théâtralisés en « danse des singes du « Ketchak » étaient à l’origine purement chamaniques tout comme les vociférations rythmées quasi ritualisés des villageois lors des combats de coqs. Le petit extrait d’un rituel bien sage d’un combat de coqs à Bali ne rend pas suffisamment cette expérience de transe surchauffée qu’i l m’a été donné de vivre et de ressentir, au détour d’une déambulation, en dehors des chemins battus par les touristes et par la suite,j’ai été intéressé par les comptes rendus d’anthropologues mal connus chez nous, comme Geerz et Turne qui vécurent ces « expériences de trouble liminaires ». Le célèbre anthropologue américain Cliffod Geerz, parti à Bali pour « comprendre » de l’intérieur , en
bon partisan de Max Weber(plutôt qu’expliquer «  de l’extérieur par déterminisme causal comme Durkheim ou Bourdieu)les Balinais et les Javanais Et comme dirait l’anthropologue anglais Victor Turner mort en 83, il entra lors d’un combat de coqs,« en communitas existentielle lors de vcette
phase sacralisée de ce rituel avec la Balinais, en vivant cette expérience de transe un peu comme des supporters de foot fanatisés, chauffés à blanc par le combat. La langue allemande distingue l’Erfarung (l’expérience, processus par accumulation de savoir-faire, comme par exemple l’expérience professionnelle acquise avec le temps) et l’Erlebnis, L’Expérience ressentie, vécue lors d’un événement marquant comme une initiation rituelle ou une conversion.

3) Avec le style de cour sundanais, dans la région de Bandung, au S-E de Java, la flûte «suling » dialogue avec la chanteuse (ou pour terminer ici, avec un travesti ) sur un tapis de cithare « Katjapi ».

Nous observons enfin, l’importance, en Asie, des formes théâtrales et ses origines chamaniques, puis recentrées dans les cours (originellement des chamanes qui entrent en transe et se donnent en spectacle face à un public passif) pour diffuser les grands récits entre l’Inde et le Japon, en passant
par la Chine, l’Indochine et l’Indonésie, contrairement aux sociétés africaines où la transe est le fait de toute la communauté villageoise qui participe activement àux rituels collectifs. Les ethnie réfugiées dans les montagnes et la société balinaise restent des enclaves de vie communautaires,
intermédiaires entre les modèles culturels des sociétés africaines et asiatiques.

Le Bal de Marie Galante : groupe de bal assumé

Contact No Comments

2022-02-01-LeBalDeLaMarieGalante.jpg

Le Bal de Marie Galante est un quintet de musiciens français résidant à Bruxelles qui rend hommage aux musiques antillaises vintages (entre les années 1930 et 1970). Le projet est né au contact du public, lors d’une résidence artistique à propos de musique sérieuse, il est donc logique qu’ils se concentrent davantage sur la scène que sur les enregistrements. D’où le peu d’enregistrements jusqu’à présent.

Merci à l’asbl Chouette qui les a pris sous son aile (normal pour une chouette d’ailleurs!) et qui nous propose un morceau sur leur nouvelle compilation. La chanson que le groupe offre ici est leur première composition personnelle dans ce style et est sans doute le présage d’autres à venir, on est bien curieux de la suite!

Ils nous proposent 2 morceaux doux heureux en acoustique en live dans l’émission et c’est très agréable.

La brésilienne Elza Soares, chanteuse-monde

Contact No Comments

2022-01-25-ElzaSoares-agee.jpg

La chanteuse-monde brésilienne Elza Soares nous a définitivement quitté le 20 janvier 2022 après avoir vécu plusieurs vies et être revenue des abysses à de nombreuse reprise. Le blues de son martyre, viol, mariage forcé avec son agresseur, morts d’enfants, de son amour, problème de santé et d’addiction, s’écoutait à pleine oreille dans sa voix éraillée. C’est sans doute ce mélange de rythme entrainants et de tristesse saillante qui en fait une véritable icône au Brésil.

Elle est aussi passé par tous les styles de musique dans sa longue carrière de plus de 70 ans d’activité (elle est décédée à 91 ans). C’est à l’âge de 85 ans qu’elle avait lancé, par exemple le projet « A Mulher do Fim do Mundo », un disque de samba hard-core jazz avant-gardiste avec la fine fleur du São Paolo underground (Meta Meta et toute leur bande). Un album salué par toute la critique.

Zjakky Willens, manager de groupes brésiliens et booker de groupes belges au Brésil, nous parle avec justesse de la grande dame qu’il a rencontré et qu’il aimait comparer à Edith Piaf, ce qui émouvait la chanteuse.

Tout ça est à écouter sur la podcast d’1h d’émission intense.

Elza Soares et Guarincha superstar du foot porté sur la dive bouteille et l’amour de sa vie.
2022-01-25-ElzaSoares-Garincha.jpg

Elza Soares et Zjakky Willems en 2016
Zjakki-Elza.jpg /></p>
</span>
	</div>

		<div class=

Nouveaux CDs – janvier 2022

Contact No Comments

2022-01-18-NewCDs.jpg
La joie soul du Highlife du CD « A to Z » d’Atongo Zimba et le reggae-soul extasiée du duo Silent Nancy et leur CD « Inside Voices » sont nos conseils pour égayer le début 2022.

01. – Gidigidigidi – Atongo Zimba – 5:16 – A to Z – 2021
02. – Worbé é Rewbé – Ebo Krdum – 4:55 – Diversity – 2021
03. – Inside Voices – Silent Nancy – 3:39 – Inside Voices – 2022
04. – Absurda – Maria Ó – 2:47 – Quantas Vezes a Gente Nasce? – 2021
05. – Rotação – Céu – 3:30 – Acustico – 2021
06. – Homem (ft. Aiace) – Jalmy – 3:47 – Movimento – 2021
07. – Tudo Aquilo que Arde em Meu Peito – Hugo dos Santos – 2:34 – Hugo dos Santos – 2022
08. – El Niño Roncón (Bullerengue Chalupiao, ft. Susana Baca) – Petrona Martinez – 3:05 – Ancestras – 2021
09. – Hablando x Hablar (ft. Cimafunk & Joaquin Betancourt & Su Joven Jazz Band) – Alex Cuba – 3:14 – Mendó – 2021
10. – Devna – Tamada – 5:43 – Dionysus vs Tamada – 2021
11. – El Suïcidi I El Cant – Tarta Relena – 4:03 – Fiat Lux – 2021
12. – Jezerka – Hannah James & Toby Kuhn – 4:35 – Sleeping Spirals – 2021

Sélection annuelle

Contact No Comments

2021-12-28-BestOf-500px.jpg

Malgré tout, la production discographique a été très prolifique en 2021! Nous avons écouté attentivement près de 600 CDs et voici ceux qui nous ont semblé, à nos oreilles, les plus agréables et intéressants.

01-Natik-Awayez-Manbarani.jpg

01. – Natik Awayez – Manbarani – Oriental – Irak

La mélancolie de l’homme déraciné de son Moyen-Orient natal s’entend clairement dans ce disque. Au gré de son périple, fuyant les pressions politiques dans son Irak natal, apprenant la philosophie en Bulgarie, quittant le Yémen au déclenchement de la guerre civile pour finalement s’installer en Suède, puis au Caire où il compose cet album, il a semé une série de graines de groupes de musique orientale et de projets culturels. Ce CD parait être la somme de ses expériences sur le chemin de la création. Une musique qui vagabonde en compagnie de l’enchantement et de la maitrise.

02-LucaArgel-SambaDeGuerrilha.jpg

02. – Luca Argel – Samba De Guerrilha – Latino – Brésil

Un disque de samba avec pour sujet l’histoire de la samba, joué en samba moderne et aventureuse. Pratiquement un disque de méta-samba, qui réfléchit en samba à propos de la samba. Ce n’est pas courant. Et quand c’est interprété par un chanteur à voix de Caetano (Véloso) ou d’Antonio (Zambujo), cela devient une œuvre, un labyrinthe éblouissant entre émerveillement, réflexion et perdition.

03-JustinAdams&MauroDurante-StillMoving.jpg

03. – Justin Adams & Mauro Durante – Still Moving – Fusion – Grande Bretagne/Italie

07-RhiannonGiddens&FrancescoTurrisi-TheyreCallingMeHome.jpg

03. – Rhiannon Giddens & Francesco Turrisi – They’re Calling Me Home – Folk – USA/Italie

Après avoir pris pendant quelques années de l’ampleur et de la maturité en voyageant hors de sa zone de confort avec des artistes italiens en verves, le pizzica des Pouilles devient le meilleur compagnon de route des artistes anglo-saxon. Et deux mariages font jaillir leurs fruits juteux et métissés. La collaboration entre Mauro Durante et Justin Adams et celle entre Francesco Turrisi et Rhiannon Giddens (dont c’est déjà le deuxième bébé). Les mélanges sont aussi improbables que réussis. Le premier s’aventurant vers le rock’n’roll et le second vers le blues du sud des États unis.

04-NataliaLafourcade-UnCantoPorMexicoVol1.jpg

05. – Natalia Lafourcade – Un Canto Por México, Vol. 1 & 2 – Latino – Mexique

De la petite fille prodige du retour aux racines mexicaines, Natalia Lafourcade est devenue une icône à laquelle toutes les stars moins talentueuses qu’elle de ce pays peuvent se raccrocher. Elle s’en accommode fort bien et parvient à les sortir de leurs soupes pour ne garder que les meilleurs ingrédients de ces parvenus. Ses chansons sont si incroyables qu’elles emportent ces divas vers une racine locale universelle, et c’est irrésistible!

05-JPHarris-DontYouMarryNoRailroadMan.jpg

06. – JP Harris – Don’t You Marry No Railroad Man – Folk – USA

06-JimGhedi-InTheFurrowsOfCommonPlace.jpg

06. – Jim Ghedi – In The Furrows Of Common Place – Folk – Grande Bretagne

JP Harris est passé par le métal, le grunge et a fini par retourner voir du côté de son Alabama natal pour voir si les ingrédients locaux centenaires lui allaient mieux. Cela nous donne une country hantée par la folk Anglaise. Comme du bluegrass ralenti et incarné. Le cowboy moderne sous acide lâche l’électricité pour le bois et la peau d’instruments qui ont déjà beaucoup voyagé et dont les récits sont bien plus puissants que des riffs amphétaminés.

Jim Ghedi, un campagnard anglais, ajoute à la tradition du folk hanté une dramatisation contemporaine. Cela donne un relief rugueux qui était impossible à imaginer à l’époque de leur création et qui nous renvoie à nos démons intérieurs bien nourris en ces temps de plaie sans fin.

08-BacharMarKhalife-GhostSongs.jpg

08. – Bachar Mar-Khalife – Ghost Songs – Oriental – Liban

Toujours irrésistible dans ses compositions touchantes entre recueillement et explosion multicolores, ce dernier album écrit pendant le premier confinement séduit une fois de plus.

09-SebastianSturm-Echoes.jpg

09. – Sebastian Sturm – Echoes – Reggae – Allemagne

Qui aurait imaginé un musicien allemand d’origine indonésienne au top annuel des disques reggae? C’est pourtant Sebastian Sturm qui décroche la palme avec un disque très roots dont les mélodies sont irrésistibles et les riddims, s’ils ne sont pas sortis de la cuisse de Jupiter, swinguent sous les tropiques!

10-DidemBasar-LevantineRhapsody.jpg

10. – Didem Basar – Levantine Rhapsody – Oriental – Turquie

Cette musicienne turque sort l’album qu’il nous fallait pour apprécier le quanun, cet instrument dont on dit qu’il serait l’ancêtre du clavecin. Une version moderne et inspirée des racines de la musique savante du Moyen-Orient.

11-RodrigoGallardo-Indomita.jpg

11. – Rodrigo Gallardo – Indómita – Latino – Chili

Beaucoup s’essayent à l’électronisation des musiques latines, dernièrement, ce sont les musiques andines qui ont la côte chez les producteurs. Rodrigo Gallardo est le seul arrive à transcender cette musique en retrouvant l’élévation spirituelle que révèle cette musique de fête ancestrale.

12-TheCrossing-WordsAdorned(Live).jpg

12. – The Crossing – Words Adorned (Live) – Fusion – USA

Djiboutik bouge encore! Nous faisons entrer des fusions inédites dans l’émission : un orchestre de musique savante orientale avec un chœur de musique savante occidentale. La rencontre est bluffante avec un niveau très élevé des deux côtés et produit des étincelles entre les sommets de l’ensemble de voix et les retours sur terre appuyés des musiciens orientaux.

13-OmarSosa-AnEastAfricanJourney.jpg

13. – Omar Sosa – An East African Journey – Fusion – Cuba

Le musicien lunatique s’arrête en Afrique de l’Est. Et l’étape de son long et éclectique périple est une réussite! On peut imaginer qu’il s’agit ici d’une sélection des pépites d’une longue session d’enregistrement avec une série de musiciens. On entend le piano véritablement danser avec les musiciens du cru.

14-VovoBebe-LixasVariosTipos.jpg

14. – Vovô Bebê – Lixas Vários Tipos – Latino – Brésil

Voici les véritables héritiers du groupe avant-gardiste “Os Mutantes” parmi les nombreux prétendants qui éclosent chaque jour. On pourrait également leur prêter une filiation avec The Residents (les musiciens américains déjantés à tête d’œil) pour la rapidité et l’instantanéité des nombreuses chansons qui compose ce prolixe album.

15-ChristineSalem-Mersi.jpg

15. – Christine Salem – Mersi – Afrique – Île De La Réunion

La musicienne de caractère sort encore un nouvel album sans compromis! Le maloya est y encore maltraité par des mains de métal dans des gants d’ananas victoria. Et, on n’en ressort toujours pas indemne.

16. – Ilan-Ilan – Kokoda – Afrique – Haïti

17. – Funky Destination – I Do Voodoo – Groove – Croatie

18. – Arsen Petrosyan – Hokin Janapar: Music Performed On Armenian Duduk – Folk – Armenie

19. – Brain Damage & Big Youth – Beyond The Blue – Reggae – France

20. – Khusugtun – Jangar – Folk – Mongolie

21. – Papa Dee – Sir Pinkerton Investigates Another Murder In Red Hut – Reggae Dub – Suède

22. – Sons Of Kemet – Black To The Future – Jazz Groove – Grande Bretagne

23. – Wau Wau Collectif – Yaral Sa Doom – Afrique – Sénégal

24. – Abderrahmane Abdelli – Songs Of Exile – Oriental – Algérie

25. – Meridian Brothers & Conjunto Media Luna – Paz En La Tierra – Latino – Colombie

26. – Méta Méta – Igbá – Latino – Brésil

27. – Mólo Sâyat – Hadãeq – Oriental – Liban

28. – Rita Payés & Elisabeth Roma – Como La Piel – Folk – Espagne

29. – Shelby Lynne – The Servant – Chanson – USA

30. – Stephan Micus – Winter’s End – Ambiant – Allemagne

El Encuentro

Contact No Comments

Prod. Aymeric Lehembre/Radio Panik -Dec 2019

Dans la ville de San Cristobal de Las casas, avec le boom démographique les espaces verts se raréfient. le parc « El encuentro » est une des exceptions. On y rencontre entre autres personnes, Lander, du collectif « Las Abejas »

« Previous Entries Next Entries »