Contact No Comments

2021-09-14-Agenda.jpg
Mardi 28/09 – Handelbeurs (Gand) – Rabih Abou-Khalil

Agenda osé des mois de septembre et octobre 2021

• mar 14/09
Botanique (Les Nuits 2021) – Bachar Mar-Khalifé

• jeu 16/19
Art Base – Sitardust Duo

• ven 17/09
Art Base – Alô Alô

• sam 25/09
Les Halles de Schaerbeek – Yasser Jradi

• mar 28/09
Handelbeurs (Gand) – Rabih Abou-Khalil

• jeu 30/09
Muziekpublique – Lâmekân Ensemble

• ven 01/10
Muziekpublique – Tamala

• jeu 07/10
Botanique – Lylac + Sitardust
De Roma (Antwerpen) – Gisela João

• ven 08/10
Muziekpublique – Lindigo

• ven 08/10
Senghor – Notes syriennes / Noma Omran

• ven 15/10
Muziekpubliqu – Huun Huur Tu

• sam 16/10
Muziekpublique – La Rose des Vents
BOZAR – Ray Lema “On rentre KO, on sort OK !”

• mar 19/10
De Roma (Antwerpen) – Emel Mathlouthi

• jeu 21/10
Art Base – Rosa Quartet

• ven 22/10
De Central (Gand) – Georges Brassens volgens Hans Mortelmans

• ven 22/10
Botanique – Nihiloxica

• sam 23/10
Bozar – Sufi Night (Ghalia Benali)

• sam 23/10
Muziekpublique – Abdelli

• sam 30/10
De Central (Gand) – Aboubakar Traore & Balima

Nouveaux CDs septembre 2021

Contact No Comments

2021-09-07-NewCDs.jpg
« El Curruchá » par Eliana Cuevas featuring Aquiles Báez et « Hikikomori » par La Chicana sont nos derniers conseils

Des pépites récupées sur les CDs qui sortent ces dernières semaines

01) Chi Chi Ribako – Okuté – 5:01 – Okuté – 2021
02) Popurrí De Festejos – Martin Bruhn – 4:59 – Picaflor – 2021
03) Saudade das marchinhas – Edson Duarte – 2:42 – Parafina – 2020
04) Vulía – Canzoniere Grecanico Salentino – 4:02 – Meridiana – 2021
05) My Son Tim – John Francis Flynn – 2:41 – I Would Not Live Always – 2021
06) Cortegada (ft Cristian Silva) – Baiuca – 3:44 – Embruxo – 2021
07) Yana Ovchar Lugala – Eva Quartet – 1:25 – Minka – 2021
08) Alnesa Mesli – Ehsan Matoori – 6:24 – The Voices and Bridges – 2021
09) Caballo Viejo – Eliana Cuevas y Aquiles Báez – 3:49 – El Curruchá – 2021
10) El Fantasma de Posadas – La Chicana – 3:30 – Hikikomori – 2021
11) Tuyo – Cande y Paulo – 3:02 – Cande y Paulo – 2021
12) Kveldssang – Margit Myhr – 1:19 – Slåttesong – 2021
13) Òran nan Sgalpach – Aidan O’Rourke – 2:21 – Iorram (Boat Song O.Soundtrack ) – 2021
14) Prólogo – Luiz Gabriel Lopes – 3:30 – Sóis – 2021

Culture Zoque au Chiapas

Contact No Comments

Prêts à participer au festival « Maya Zoque » à Chamula. Le Maitre Léopoldo Gallegos (à gauche) et d’autres membres de son groupe

 

Il existe au sud Est du Mexique (principalement dans l’Etat du Chiapas) un groupe ethnique appelé Zoque. Contrairement à la plupart des autres indigènes  de la région ceux-ci ne descendent pas des mayas mais plutôt de la famille mixe-zoque (Oaxaca). On s’intéresse ici aux musiques et aux danses de Tuxtla grace au témoignage de Victor Manuel et au disque « Viva el mequé »! On élargit ensuite le regard à la région zoque dans son entiereté avec Antonio Gomez, acteur culturel.

 

 

Victor Manuel et son groupe lors de la fête de San Roque à Tuxtla

 

 

V

Nouveaux CDs juillet 2021

Contact No Comments

2021-07-06-NewCDs-ok.mp3
Ce mois-ci, nous vous conseillons l’album country roots de JP Harris : « Don’t You Marry No Railroad Man » et celui des vétérans reggae Black Roots : « Nothing In The Larder »

En attendant que la saison reprenne, quelques nouveautés sorties estivales, avec un bouquet bien garni de musiciens bluegrass pour entamer les hostilités.

01 – I Breathe In – Tim O’Brien – 3:54 – He Walked On – 2021
02 – Hello Sunshine – Merle Monroe – 2:30 – Songs of A Simple Life – 2021
03 – Green River Ferry Boat – The Farm Hands – 2:55 – 4.0 – 2021
04 – The Waves Of Sorrow – Stoney Creek Bluegrass Band – 2:26 – A Miner’s Life – 2021
05 – Danza del viejo boyero (ft Rodolfo Zuniga) – Roxana Amed – 4:18 – ONTOLOGY – 2021
06 – All Of The Women – Allison Russell – 5:24 – Outside Child – 2021
07 – House Carpenter (ft. Chance McCoy) – JP Harris – 4:40 – Don’t You Marry No Railroad Man – 2021
08 – Soso & Waldo – Khasi-Cymru Collective – 5:11 – ‘Sai-thaiñ ki Sur – 2021
09 – An t-Uisge – Brian Ó hEadhra & Fionnag NicChoinnich – 3:32 – Càirdeas – 2021
10 – Anapse To Tsigaro – La Panika – 4:01
11 – Night Ride – Black Roots – 5:02 – Nothing In The Larder – 2021
12 – Elegante Amanhecer – Marisa Monte – 3:41 – Portas – 2021
13 – Desligado – Toninho Almeida – 5:12 – Desligado – 2021

Une chanson dans tous ses états : « La Javanaise »

Contact No Comments

2021-07-27-LaJavanaise.jpg

Dans la lignée de notre émission “La langue française dans tous ses états”, cette émission répertorie une série de versions d’une même chanson afin d’observer ce qu’il se passe quand le texte, mais aussi la mélodie et la rythmique, sont confrontés à des éléments hétérogènes.

Nous avons choisi une chanson de Serge Gainsbourg, “La Javanaise”, comme socle de base pour cette émission.

Nous l’avons comparée à des versions chantées
– en français, mais par des locuteurs de langues étrangères
– en langues étrangères
– dans des styles improbables

Et on vous a déniché quelques perles!

Bonne écoute!

PRÉSENTATION :
01. CoursDeFrançais01-LaJavanaise – Angela – 1:42
02. La Javanaise (Juliette Greco) – Juliette Greco – 2:30
ACCENT
03. La Javanaise (Argentine) – Fabian Ordonez – 3:57
04. La Javanaise (Islande) – Unnur Sara Eldjárn – 3:50
05. La Javanaise (USA) – Iggy Pop – 2:31
LANGUE :
06. CoursDeFrançais02-LaJavanaise – Angela – 4:18
07. A Javanesa (feat. Nina Wirtti) – Nicola Son – 3:39
08. Dying to Dance with the Devil (Anglais) – Mzaza – 2:41
09. La Javanaise (Japonais) – Kenzo Saeki – 4:01
STYLE
10. La javanaise (Les Filles D’Avril) – Les Filles D’Avril – 2:46
11. La Javanaise (Harpe) – ZEM – 1:26
12. La javanaise (Marimba) – David Patroit Quintet – 4:25
13. La javanaise (Benjamin De Roubaix) – Benjamin De Roubaix – 4:50
14. La Javanaise Remake (Reggae) – Serge Gainsbourg – 3:09
15. La javanaise (Country) – Devon Graves – 3:32
16. La Javanaise (Rock) – La Mirastella – 3:15
17. CoursDeFrançais03-LaJavanaise – Angela – 1:47
18. La Javanaise (Chorale) – Version chorale – 2:32
19. La javanaise (Le roi de la trompette) – Vincent Malone – 1:20
20. La Javanaise (Harmonica) – Trio Lewis Harmonica – 2:07
21. La Javanaise – Elina Duni – 7:19

 

Etranges étrangers : l’exotisme triomphant

Contact No Comments

2021-07-20-Exotique.jpg

Les rythmes exotiques et les chansons typiques ont été formidablement populaires tout au long des années 50 ; on les entendait dans les cabarets et les music-halls, on achetait en nombre leurs disques pour animer les soirées. On veut oublier les horreurs de la guerre et tourner la page. Le niveau de vie et le pouvoir d’achat progressent : on rêve électrophone, surprises-parties, voiture, voyages, vacances, dépaysement … On veut s’évader vers un ailleurs ensoleillé : l’Amérique latine, le moyen Orient, la Polynésie mais aussi l’Italie, un idéal accessible. Dans ce temps d’avant mondialisation, le modèle américain ne s’impose pas encore : il le fera en musique à la fin des années 50 à travers le rock puis la pop music pour devenir dominant avec les artistes anglo-saxons des sixties.

Danses latino-américaines : Au fil des années la mode passera de la rumba

Quelques–uns des artistes :

Bob Azzam
C’est un chanteur égyptien d’origine libanaise, né Wadih Georges Azzam, à Alexandrie le 24 octobre 1925, mort à Monaco le 24 juillet 2004. Il a connu un grand succès en France au début des années 1960. Il domine le hit-parade avec trois succès incontournables des surprises-parties : Mustapha, Fais-moi le couscous, chérie et C’est écrit dans le ciel, qui mêlent humour bon enfant et rythmes orientaux.

Jack Ary
« Voyage, vacances, rêves ou souvenirs, le Cha-Cha-Cha avec Jack Ary est une danse bien agréable ». Ainsi se présente le High Society Orchestra de Jack Ary sur les notes d’une pochette de disques. Parfois confondu avec l’acteur homonyme des Branquignols, Jack Ary a mené jusqu’à la fin des années 60, une carrière de chef
d’orchestre et de chanteur.

Les Chakachas

Les Chakachas étaient un groupe musical basé à Bruxelles et actif de la fin des années 1950 aux premières années 1970. Cette formation, composée de musiciens de studio, s’est fait connaître dès 1958 avec Eso es el amor, immédiatement devenu un classique du cha-cha-cha. Ont fait suite en 1959 d’autres grands hits de style latino-américain comme Canalla, Venus, ou encore Rebecca, chanson qui apparaît dans le film La Bataille d’Alger. Bien qu’il ne chantait alors qu’en espagnol, le groupe était en fait principalement composé de Belges, avec à sa tête Gaston Bogaerts (percussions), entouré de Henri Breyre (guitare), Bill Raymond (basse), Christian Mare (piano), Charlie Lots (trompette), le Liégeois Victor Ingeveldt (saxophone) et la chanteuse Kari Kenton, originaire de Cuba.

Los Machucambos
C’est un groupe de musique latine (essentiellement), formé à Paris dans le Quartier latin (le bien nommé), en 1959 par un Espagnol, Rafael Gayoso, une Costaricaine, Julia Cortés et un Péruvien, Milton Zapata

Arthur Lyman
Athur Lyman (February 2, 1932 – February 24, 2002) was an American jazz vibraphone and marimba player. His group popularized a style of faux-Polynesian music during the 1950s and 1960s which later became known as exotica. His albums became favorite stereo-effect demonstration discs during the early days of the stereophonic LP album for their elaborate and colorful percussion, deep bass and 3-dimensional recording soundstage. Lyman was known as « the King of Lounge music. »

Grank Kalle aka Leopold and his Ville
indépendance Cha Cha est une chanson interprétée par le chanteur congolais Grand Kallé accompagné de son groupe l’African Jazz. l’issue de la Table ronde, la date de l’indépendance est fixée au 30 juin 1960. Pour l’occasion Grand Kallé compose Indépendance cha cha qui est diffusée au Congo par Radio Congo belge et c’est par elle que les Congolais apprennent l’indépendance de leur pays.

Michel nous raconte : polyphonies : la Sardaigne

Contact No Comments

2021-07----Polypnonie2.jpg

Deuxième étape de notre périple en pays pratiquant des musiques polyphoniques ancestrales : Le chant polyphonique des Sardes « cantu a tenore » (pastorale) et « cantu a cuncordu » (sacrée de confréries religieuses).

Inscrit depuis 2005 par l’UNESCO comme l’iso-polyphonie albanaise, et et les polyphonies géorgiennes, sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, ce chant très singulier, aux sonorités gutturales, est considéré comme l’expression la plus ancienne de la polyphonie occidentale « L’Ison », (bourdon, basse continue, tonique, variant par ailleurs), se retrouve dans le chant byzantin mais préexistait dans le Caucase, en Inde, au Tibet et chez les populations turco-mongoles de Sibérie
Comparons ces 2 types antiques européens de polyphonies à 4 voix.

Chez les albanais du pays Lab « Labëria » à la frontière Albanaise, le style le plus anciens « pleqërishte » ( ancien ou des « vieux » en langue shiptar) : Une des voix (hedhës) est soliste et chante à la tierce, mais, alors que dans les autres genres à quatre voix la hedhës a un rôle secondaire en chantant une tierce mineure au-dessus de la note principale, dans le pleqërishte elle soutient le premier soliste (marrës) et lui permet de prendre des pauses pour respirer5. Chaque exécution commence avec
1) une exposition du début du thème par le marrës
2) puis vient l’intervention du deuxième soliste (kthyes)
3) et enfin celle du hedhës. Après l’intervention de la hedhës,
4) le thème et les paroles du marrës sont reprises par le chœur avec différents types de variations

Chez les Sardes, Il est pratiqué par un groupe de quatre chanteurs au sein duquel chacun joue un rôle distinct.

A) La oche ou boche (voix) est la voix soliste qui chante un texte poétique. Elle est B)accompagnée par un tenore (chœur à 3 voix) formé par -la mesu boche (demi-voix), -la contra (contre) et -le bassu (basse). Ces trois voix se distinguent par la tonalité de plus en plus grave, et elles articulent des séquences de syllabes dépourvues de sens (par ex. bim-bam-bou).

Alors que la boche et la mesu boche chantent avec des voix normales, la contra et le bassu emploient une technique gutturale monopolisant le larynx et l’appareil phonateur.

Selon la tradition populaire, la mesu boche imite le son du vent, alors que la contra imite le cri de la brebis et le bassu celui de la vache.
Les textes exécutés par la oche peuvent être de genre épique, historique, satirique, de protestation ou d’amour.
quelques témoignages, remontant à l’époque préchrétienne, font référence à un mystérieux chant à quatre voix, exécuté par les prisonniers de Rome provenant des zones internes de l’île. Cependant, certains font remonter la naissance de ce chant jusqu’à la période nuragique, mais cela restait une simple hypothèse jusqu’à ce que une équipe d’archéologues danois découvrent des statuettes jouant des « launeddas » instruments à 3 ou 4 voix datant de 1800 avant J.C. et sensés copier et remplacer les voix humaines. Selon moi les références aux voix imitant des animaux (ici le contra imite la brebis et le bassu la vache) comme chez les Berbères maures (le méhari) et chez les Mongols, Sibériens (Yakoutes hennissements du cheval) et Tibétains (voix de Yak (« Dzo ») remontent à une époque de pratiques chamaniques donc pré hellénistique. N.B.les Nuraghi occupèrent l’ile autour de 1800 avant notre ère.

Différences régionales

Son exécution diffère d’un village à l’autre, de telle sorte que le style d’un certain village peut être reconnu d’emblée. Ainsi, par exemple, dans la zone de Orgosolo, Oliena, et Mamoiada, le chant est caractérisé par l’exécution de syllabes ouvertes (bim bam) et d’une voix basse sèche et ouverte ; au contraire, dans la zone de Bitti, la voix basse et les syllabes exécutées par le trio sont plus sombres, écluses et rondes (bom). Aujourd’hui on ne trouve que des groupes d’hommes, mais on garde la mémoire de groupes de femmes. Le canto a tenore devait être déjà pratiqué à l’époque des nuraghe vers 1800 av. J.-C.. Parmi les groupes les plus connus on peut citer les Tenores di Bitti, les Tenores de Orosei, les Tenores di Oniferi et les Tenores di Neoneli.

Les Sardes pratiquent également des polyphonies instrumentales 3 clarinettes antiques (ancêtres de la Zampogna (cornemuse, biniou, cabrette, « tulum » anatolien) existaient non seulement en Sardaigne mais en Espagne, Grèce, Sicile et dans les Iles britanniques comme le « Aulos » double clarinette présent sur les vases grecs, qui, selon Platon, serait l’agent causal des phénomènes de transe.. Dans toutes ces régions, elles ont été remplacées par des cornemuses plus commodes pour retenir le souffle continu que les joues des musiciens et ne survivent qu’en Sardaigne De plus le jeu de la guimbarde qui les accompagne, lors des danses, nécessite la variation de la cavité buccale et du larynx (à la manière du Contra et du Bassu sardes, des Maures et des Yacoutses et autres Sibériens turco-mongols) comme l’arc musical des populations de chasseurs du Bush sud-africain, Pigmées, etc, C’est pourquoi ces instruments sont habituellement utilisés par des populations nomades pratiquant la chasse et les transhumances pastorales. En effet, les imitations gutturales de cris des animaux avaient au moins 3 fonctions 1) fonction d’appeau pour attirer le gibier 2) fonction propitiatoire des rituels et danses avant la chasse 3) fonction cultuelle et identificatoire avec les animaux totémiques qui accompagnent le chamane dans son voyage dans un au-delà (monde des esprits, djinns, kami etc..) 4) fonction (à un stade socio-historique et symbolique plus avancé) de représentation théâtrales ou d’exhibition magique (monstration des masques et autres déguisements (têtes et peaux d’animaux) à l’origine des jeux de théâtres asiatiques et des transes collectives africaines
On voit donc comment se développe le lien entre l’arc du chasseur, devenu instrument musical nécessitant une caisse de résonnance gutturale et les voix de gorge continues ou saccadées.

Au niveau des répertoires des chants, La prédominance des récitatifs épiques en Sardaigne, en Sicile, en Albanie-Epire, Géorgie, en Ethiopie et en Anatolie est symptomatique de populations se réfugiant dans les montagnes pour fuir l’impôt et les législations d’états bureaucratiques dominateurs, générateurs de prédations et de corruptions (empire ottoman, royaumes d’Aragon, des Bourbons du Piémont) Les bandits « héroïques » tantôt protecteurs des paysans, tantôt prédateurs font respecter des codes « d’honneur » impliquant vendetta et bandes armées de type maffieux.

Nouveaux CDs juin 2021-02

Contact No Comments

2021-06-22-NewCDs.jpg
On vous conseille les albums « Path Of Seven Colors » de Ches Smith And We All Break et « Ghost Songs » de Bachar Mar-Khalifé

De partout sortent des albums qui enchantent nos journée de pays des quatre saisons

1. Samba Da Subida – Luísa Gouvêa – 3:22 – Carta Ao Tempo – 2021
2. Eu Me Azedei – Fogo Pagô – 2:05 – O Abre Caminhos – 2021
3. Seu Damião Do Pife – Naldinho Braga E O Carro De Lata – 2:08 – Temporada De Forró – 2021
4. Weary Eyes (Dub) – Stick Figure – 3:23 – Fire & Stone (Prince Fatty Presents) – 2021
5. Hercules – Ghetto Priest – 4:21 – Big People Music – 2021
6. Here’s The Light – Ches Smith And We All Break – 9:06 – Path Of Seven Colors – 2021
7. Winter Hymn – Stephan Micus – 4:35 – Winter’s End – 2021
8. Chaffeh Chaffeh (ft Lynn Adib) – Bachar Mar-Khalifé – 4:12 – Ghost Songs – 2021
9. Laysong – Chris Thile – 4:51 – Laysongs – 2021
10. Those Words – Anoushka Shankar – 4:11 – Love Letters P.S. – 2021
11. Sonhos (Rêverie – Claude Debussy) – Marcelo Quintanilha, Luca Raele, Camilo Carrara – 4:12 – Erudito – 2021
12. Cantar – Paulo Novaes – 3:39 – Minha Cabeça – 2021

Nouveaux CDs juin 2021

Contact No Comments

2021-06-01-NewCDs.jpg
« Como La Piel » de Rita Payés & Elisabeth Roma et « Un Canto Por Mexico Vol II » de Natalia Lafourcade, on vous copnseille ceux-ci.

Des albums qui sortent, certains qu’on attendait pas, certains qu’on attendait avec impatience.

1. No Digo Que No (Vaca Y Pollo) (ft Pol Batlle) – Rita Payés & Elisabeth Roma – 4:41 – Como La Piel – 2021
2. Tú Sí Sabes Quererme – Natalia Lafourcade – 4:28 – Un Canto Por México, Vol. II – 2021
3. Paula C. – Rubén Blades – 5:37 – Swing! – 2021
4. The Foggy Dew – Finnegan – 4:17 – The Irish One – 2021
5. A Sprig Of Rue (ft Aurel Qirjo) – Ignacio Lusardi Monteverde – 6:32 – Del Canto Gitano: Music Of Ancient Andalusia – 2021
6. Please Protect My Newborn Child From The Spirits – Comorian – 5:10 – We Are An Island, But We’re Not AloNe – 2021
7. Ngoni – Rising Appalachia – 5:12 – The Lost Mystique Of Being In The Know – 2021
8. Ankara Ekspresi – Balkan Taksim – 9:07 – Disko Telegraf – 2021
9. Ttappa Kato – Antonis Antoniou – 4:26 – Kkismettin – 2021
10. Afrique Victime – Mdou Moctar – 7:26 – Afrique Victime – 2021

Michel Demeuldre raconte : les polyphonies : 01 : l’Albanie

Contact No Comments

2021-06-15-PolyphonieAlbanie.jpg
Aujourd’hui, nous explorons l’Albanie du Sud

Michel Demeuldre commence une nouvelle série pour Djiboutik avec son compère Thierry Noville: les polyphonies

De mon point de vue, le pays européen qui dispose de traditions polyphoniques les plus riches et les plus originales, notamment « l’iso-polyphonie » (l’ »Ison » bourdon continu, présent dans l’antiquité, puis dans le chant byzantin)est l’Albanie. Ces magnifiques architectures sonores sont aussi bien vocales qu’instrumentales.

Cet art de la coopération musicale est pratiqué surtout dans l’Albanie du Sud, en particulier chez les Tosques (iso-polyphonies « horizontales « présentes aussi chez les Arabërësh réfugiés, fuyant l’avancée ottomane au XIVème siècle en Calabre) et les Labs (polyphonies « verticales » les plus élaborées) qui se trouvent à cheval sur la frontière albano-grecque, plus précisément labo-épirote. Les chants funèbres et les lamentations sont très anciens, Ismaël Kadaré pense que les chants de Sirènes qui attiraient les marins n’étaient-autres que ces polyphonies de la côte, interprétées par des femmes.

Les chants épiques des Akrites, ces guerriers paysans(comme plus tard les cosaques de l’empire des tsars) gardiens des marges de l’Empire byzantin (akra=limites, frontières) étaient pour la plupart des « Arvanites » appellation des Albanais en grec sous les empereurs Paléologues (13e siècle). On distinguait alors l’Illyrie au Nord (peuplée des Albanais de langue guègue, aujourd’hui les Kosovars et populations albanaises, majoritairement musulmanes, à l’ouest de la Macédoine et au sud de la Serbie. Sans doute pour cette raison (l’Islam), ils n’ont pas de tradition polyphonique.

Sous l’Empire ottoman, pour éviter d’être accablés d’impôts, beaucoup de paysans, surtout chrétiens (les non-musulmans devaient payer un impôt supplémentaire) gagnèrent les montagnes et devinrent soit des hors-la-loi (paranomi) dont les chants épiques, tsamika, klephtika, et autres demotika, narraient leurs exploits et leur héroïsme (les Klephtes, « voleurs » « haïdouks » en turc, pouvaient devenir des mercenaires au service des Ottomans, « les Armatoles ». Le plus fameux Ali Pacha se rebella et travailla « pour son propre compte.

Tout comme Skanderbeg (Gjergj Kastrioti) le janissaire (esclave-soldat chrétien devenu gouverneur ottoman puis héros de l’indépendance (sur le square Prévost-Delaunay à Schaerbeek la statue de Skanderbeg a 50ans et est un haut lieu des « Albelges »).

Les rebelles descendus des montagnes de Thrace s’appelaient des zeibekides et furent à l’origine de la dance Zeibekiko . Il semble bien que les Byzantins furent en partie à l’origine de quelques techniques vocales chorales, ne serait-ce que le bourdon (« ison ») qu’on retrouve notamment dans les polyphonies bulgares et russes.

J’aurai l’occasion de vous narrer les paradoxes de l’histoire passionnante des janissaires, des bektashis et des « rebelles policiers-héros » puis des Chams et de leurs tribulations et résilience ainsi que des « Albelges » (>60.000) dont Schaarbeek est le centre (en particulier le parc Josaphat et la statue de leur héros Skanderbeg.

« Previous Entries